Pensionnat Diversis
Bienvenu(e) chez nous, cher(e) Invité !
Nous espérons que vous passerez un bon moment parmi nous !


Dans un pensionnat situé sur une île volante, on regroupe des enfants aux pouvoirs. . . extraordinaires !
 

Partagez | 
 

 Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Ven 22 Juin - 10:34

J'arrivais dans une allée "morte", il faisait sombre, des gens mal lunés était jonché ici et là et au milieu moi avec ma robe blanche comme une oie ... Je savais pertinemment que je m'étais trompées de rue ,mais je n'imaginais même pas ce qui pouvait se trouver derrière moi. Je mis mes écouteurs en marchant de plus en plus vite entre les immeubles tagués et en-train de s'écroulais. Je mis ma main dans ma poche et disparue entre les murs d'une petite ruelle en croissant des doigts pour que sa soit la sortie. Mais malheureusement pour moi c'était une allée puante et pire que l'horreur précédente, des gens encore plus louche me fixaient avec leurs yeux des fous et murmurais des choses en pointant vers moi leurs doigts à moitié pourris. La sens était de trop et je pris mes jambes à mon cou. Je regardais à peine où je m'étais mes pieds et ralentis l'allure lorsque j'atteignis la rue du début. Par pour autant rassurais me mis désespérément à trouver quelqu'un de "sympathique". Alors qu'un homme ,dont l'alcool dans le sang était surement inimaginable, me pris par l'épaule je le propulsais loin et me remis à courir, ce que déteste le plus au monde. Alors que je regardais dans mon dos ma tête percuta une personne.

*Je suis finis!*

-Toutes mes excuses...

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Ven 22 Juin - 16:11

    Visiter la ville ? Il y a une semaine, j'aurais dis oui, mais à ce moment là, j'aurais préféré me trouver dans une salle de torture...

    Les quartiers désafectés, fuis de la population riche ou moyenne, n'était occupée que par des mendiant, des alcooliques, des suicidaires. La faible lumière d'un réverbère éclairait une petite portion de l'allée dans laquelle je marchais, et où j'avais peur. Je savais que les gens qui étaient là, à me regarder comme un radeau, avec les yeux d'un naufragé sur une île déserte, me fichaient les jetons. Je n'avais qu'une envie : me diriger vers un café tranquille dans le centre ville, de boire une bonne tasse de chocolat chaud (allez vous plaindre à Soul, c'est elle qui m'a donné l'idée) et d'oublier tout cela. La pauvreté, les taudis, les gens dépressifs qui semblaient vouloir me raquetter. Les murs des maisons qui tombaient en ruine étaient tagués, sales, fait généralement de briques rouges. Les même briques que chez moi, comme dans ce mauvais rêve, ce cauchemar machiavélique que j'avais fait il y a peu de temps en plein cours de français, cours auquel je ne suis plus jamais allé depuis ce jour. J'évitais, en même temps, de la croiser.
    Je secouais la tête, tout en accélérant le pas pour chasser mes idées noires, pour m'empêcher de me rappeler de cela. Je n'avais pas envie de replonger dans cet état de stress permanent, de paranoïa où chaque personne, chaque lieu sombre ou sinistre me semblait suspect, dangereux. Un état que j'ai gardé environ une semaine avant de me sentir mieux. Légèrement mieux. Et puis il y avait Lyo. Qu'est-ce qu'il m'avait pris de lui raconter ma vision ? Je commençais à le regretter. Je la connaissais à peine et je lui avais confié plus que ce que je l'aurais fait à quelqu'un de bien plus proche de moi. Comme mon petit frère, par exemple... La tristesse me serra la gorge comme un étau. Mon petit frère. Depuis quand je ne l'avais pas vu ? Et parlé ? Peut-être un an. Je ne savais pas... Il me manquait. Il était le seul à m'avoir jamais manqué. Je me souviens parfaitement de ses cheveux bruns ébourrifés, de sa bouille d'ange quand il souriait, mais aussi de son regard sombre les mauvais jours et l'air sadique qu'il prenait parfois. Je changeais de sujet, en pensée, ne voulant pas revivre mon passé, mes bons et mauvais moments.

    On me rentra dedans.

    Je reculai de deux pas, précipitemment, sous le choc physique qu'il eu avec la personne qui me rentra dedans. Aussitôt, malgré les excuses que formulèrent la personne, j'eus envie de la dégommer. Et bien quoi, quand quelqu'un vous rentre dedans, vous n'avez jamais envie de lui casser la gueule ? Et bien moi si. Mais quelque chose m'en a empêché. Je connaissais cette personne. Cheveux blonds, yeux bleus, il n'y en avait pas beaucoup comme elle.

    - Lyo... murmurai-je si doucement que je doute qu'elle l'ai entendue.

    Je m'éloignai un peu d'elle, à distance résonnable, bien sûr, avant de froncer les sourcils, sceptique. Une question me trottait dans la tête, et j'avais l'habitude d'être franche, directe.

    - Qu'est-ce que tu fais là ?

    Je me ratrappais, comprenant que ma question était légèrement déplacée.

    - Je veux dire... C'est pas trop des rues pour des filles comme nous, donc c'est un peu logique que je te demande ce que tu fasses là... Nan ?

    Je ne souris pas. Pas l'envie, pas la force, pas la possibilités. Je jetais un rapide coup d'oeil au sans-abris qui passait à côté de nous, un peu trop proche à mon goût. Les morts-vivants me faisaient moins peur et étaient moins livides... Moins morts. Il avait de la bave sur le menton, les ongles à moitié calcinés, la peau boursoufflée. Il a du participer à un combat de rue... Je détournais les yeux, reportant mon attention sur la jeune fille de mon âge. J'étais gênée par sa présence, mais j'essayais de ne pas le laisser paraître...

    Je l'évitais, oui, et du coup, en me retrouvant face à elle, je ne savais plus quoi faire...

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Sam 23 Juin - 10:23

Qu'elle immense soulagement! C'était Sagui, mon cœur qui jusque-là battait à cent à l'heure se calma petit à petit. Je relevais ma tête et mon regard croisa le sien qui était gêné. Je me demandais pourquoi elle était là .Perdu? Je la pris par la main et nous éloigna des hommes puant qui se rapprochaient.

-Salut? Tu t'es perdu ? Si oui moi aussi... Et ravis de te revoir! Tu sèches les cours de français pour ne pas me croisais ce n’est pas très sympa .Disais-je en lui souriant. Si c'est pour le rêve t'a pas à tant faire je ne dirais rien! Si tu ne veux pas que je m'en occupe et que j'oublie simplement tu n'as qu'à le dire.

Je détournais mon regard d'elle priant pour que personne ne nous voie, cette rue était malfamée! J'avais particulièrement peur que Sagui me laisse tomber parmi ces gens et qu'elle sorte de la rue. Mais j'étais sûr qu'elle ne le ferait pas.

-Tu peux revenir en cours de français, tu sais. Je n'ai cas dire que je veux changer de place et op c'est bon.

Je me retournais vair elle la fixant dans les yeux qui reflétaient ma question ultime. Je suis ton amie ? Je les détournai de peur que je l'oppresse et je me mis face à elle attendant les réponses que j'avais demandées à voix haute.

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Sam 23 Juin - 11:29

    Elle sembla soulagée de ma présence ici. Comme si ma présence lui était bénéfique et qu'elle se sentait plus en sécurité. Tout le contraire de moi, d'ailleurs. Mais elle me prit par la main - contact que je n'ai pas beaucoup apprécié, - et m'a éloigné des zombies assoifés de chaire fraiche qu'était les gens d'ici. Elle commença à parler, parler, parler, comme à son habitude.

    - Salut ? Tu t'es perdu ? Si oui moi aussi... Et ravis de te revoir ! Tu sèches les cours de français pour ne pas me croiser ce n’est pas très sympa, dit-elle en me souriant.

    Je serrais les dents, enlevant ma main de la sienne d'un geste un peu brusque. Je m'arrêtais de la suivre, me campant au milieu du quartier désaffecté. Quoi ? Comme si je n'avais pas le droit de sécher les cours ! Et puis, de toute façon, si je voulais ne pas être sympas et l'éviter, c'était mon droit. Et elle en avait quoi à foutre, elle, que je l'évite ou pas ? Elle devait bien avoir quelques amis en dehors d'une fille asociale comme moi, donc qu'est-ce qu'elle venait me dire ça là ?

    - Si c'est pour le rêve t'as pas à tant faire je ne dirais rien! continua-t-elle sans vraiment se rendre compte de ma réticence à lui parler. Si tu ne veux pas que je m'en occupe et que j'oublie simplement tu n'as qu'à le dire.

    Oui oui, c'est ça, comme si j'allais croire que d'un coup, parce que je lui dis, elle arrêterait de s'en préoccuper. Il fallait être franchement con pour tomber dans ça. Son regard me quitta. Elle était gênée, là ? Chais pas. Une certaine crainte brillait dans ses yeux. La crainte que quoi ? Que je l'abandonne dans un endroit comme celui-ci ? C'était bien tentant, mais non. Trop dégueulasse, contraire à ma vision de la gentillesse et de la méchanceté. Et puis de toute façon je préférais continuer à l'éviter que l'abandonner dans un endroit comme ça.

    - Tu peux revenir en cours de français, tu sais. Je n'ai cas dire que je veux changer de place et hop c'est bon.

    Elle me regarda à nouveau, une lueur anormale dans les yeux. Une lueur que je ne connaissait pas, qui semblait me questionner. Je soupirai pendant qu'elle détournai nouveau son regard, je ne sais pas pourquoi, avant de lui répondre simplement.

    - Tu sais, ça ne sert à rien que j'aille en cours de français. Et c'était pas pour t'éviter...

    Mon compteur de mensonge se mit en route. Un...

    - Et pis non, je me suis pas perdue. Je voulais visiter quelques recoins de la ville et je suis tombée par ici...

    Deux...

    - Et puis moi aussi je suis ravie de te revoir.

    Trois...

    - Et, t'inquiètes, je reviendrais en français...

    Quatre... Ça commençais à faire beaucoup.

    - Et puis, t'inquiètes pour le rêve, je te fais confiance.

    Cinq... Bon, à ce stade là, c'était de l'hypocrisie. Ça me faisait peur même à moi, qui mentais souvent. Le tout c'est que la personne en face le prenne ou mal, ou pas mal du tout, mais pas entre les deux. En bref, j'avais juste répondu à ses questions tout en mentant. Je contournait le corps de Lyo, lui passais devant et commencer à marcher dans la rue, bien au milieu, évitant les sans-abris et les malades mentaux.

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Dim 24 Juin - 10:35

Elle sembla peut convaincu de ce que je venais de dire et devenait de plus en plus "agacer".

- Tu sais, ça ne sert à rien que j'aille en cours de français. Et c'était pas pour t'éviter...

Un mensonge, elle mentait, car elle ne voulait pas me parler ni me voir.

- Et pis non, je me suis pas perdue. Je voulais visiter quelques recoins de la ville et je suis tombée par ici...

Une folle ! Personne ne fait ça. Je me demandais pourquoi elle me ment là-dessus...Fierté?

- Et puis moi aussi je suis ravie de te revoir.

Je m'étouffais à moitié, rien qu'à voir la façon qu'elle me regardait et lorsqu'elle a enlevé sa main... Elle ment beaucoup dit donc!

- Et, t'inquiètes, je reviendrais en français...

On verra bien même si je ne te crois pas trop là. Je pris une mèche dans ma main et commençais à la tortiller d'agacement toute en soupirant d'exaspération.

- Et puis, t'inquiètes pour le rêve, je te fais confiance.

Alors la , le top du top. Cette fille ne fait confiance à personne sauf à elle. Je souris pleinement en la suivant discrètement. Je commençais sérieusement à en avoir marre de cette fille qui d'un n’était pas sincère, et de deux me prend pour une triple andouille.

-Pendant combien de temps tu vas te foutre de moi. Disais-je avec un sourire forcé et un regard hypocrite. Ça commence à bien faire, le mensonge ne résous rien... Mais ta vérité t’appartient.

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Dim 24 Juin - 12:12

    Oui, c'était tellement peu réaliste qu'il y avait un pourcent de chance qu'elle tombe dans le panneau des mensonges à gogo, et ça fait quoi ? Elle commençait sérieusement à me taper sur les nerfs, et ça semblait réciproque. Elle souriait, en ce forçant, bien sûr, et elle soupirait, souvent, comme si ce que je disais l'exaspérait à ce point. Et puis, il y a eu ce moment où elle m'a fait la morale comme une adulte, en commençant par :

    - Pendant combien de temps tu vas te foutre de moi ?

    Je souriais à ses paroles. Je réagissais toujours en souriant devant quelqu'un qui s'énervait pour... presque rien, voir rien du tout. Je l'évitais et lui mentais, et alors ? J'avais un demi-million de réponse en tête à sa question, toutes plus marrantes les unes des autres. Elle continua, sûre que me faire la leçon était la meilleure chose à faire dans ce genre de situation.

    - Ça commence à bien faire, le mensonge ne résous rien...


    Elle serait impressionée de voir que le mensonge résout beaucoup de choses. Ça évitait de se faire avoir par ses parents en pleine crise de pyromanie, par exemple, ou ça évitait encore des tonnes de dégats. Mentir trop, c'était une autre chose... Mais l'hypocrisie, ce que j'avais fait tout à l'heure, était tout sauf grave. Sans plus.

    - Mais ta vérité t’appartient.

    Je hochais la tête, totalement d'accord. Quoi, je me foutais de sa gueule, j'avais bien le droit. Un petit peu d'enfantillage dans ma vie d'ado me ferait pas de mal...

    - Alors alors... commençai-je, le sourire aux lèvres. Tout d'abord, si tu supporte mal l'ironie, il fallait le dire tout de suite. Enfin, je veux dire, t'as tellement l'air d'aimer ça que ça me donne envie de continuer, donc faut le dire direct si ça te gêne !

    Petite pause pendant laquelle je baillai, une main devant la bouche. J'étais légèrement fatiguée et... ennuyée, aussi.

    - Ensuite, c'est vrai que mentir c'est mal et tout le toutim mais...


    Mon sourire s'évanouit. L'air autour de nous devint lourde, la température augmenta d'une dizaine de degré et mon regard changea du tout au tout. Une ombre passa sur mon visage et je fixai Lyo bien dans le fond des yeux. Il me semblait que quelqu'un avant moi me l'avait fait, le coup du "je suis contente" puis du "je vais te bouffer", mais je ne me souvenais plus de qui. En tout cas, mon but n'était pas de lui faire peur mais de lui faire passer le message, bien comme il faut.
    Je plissai les yeux, entrouvrant la bouche pour lui faire sincèrement comprendre que je n'aimais pas la façon dont elle se comportait parfois envers les autres.

    - ... tu n'es pas ma mère. J'en ai déjà une et, honnêtement, ça m'a suffit. Donc arrête de me faire la morale comme une adulte et préoccupe toi un peu de tes baskets...

    Je souris, puis montrait du doigt ses chaussures, qui avaient noicies je ne sais comment. Peut-être que des flammes étaient passées par là et qu'elles aimaient les chaussures...

    - Et je pense qu'honnêtement, mentir, ça peut servir à ne pas blesser les autres. Je suis peut-être la fille la pus associale du monde, je n'y connais peut-être rien à l'amitié et aux trucs dans le même genre, mais il n'empêche que j'aime pas qu'on me colle. Si je te fais pas confiance, c'est peut-être car tu n'as rien fait pour. Qu'est-ce qu'il faut faire pour cela ? Aucune idée, mais si t'arrêtais de te conduire comme une adulte collante peut-être que ça passerait mieux. T'es contente, là, ou pas ?

    Je fronçai les sourcils, habitude à la con quand je posais une question, et attendais sa réponse, gentiment, n'espérant même pas qu'elle l'ai mal pris... Méchante, moi ? Nan, extrêment franche. Mais c'est elle qui l'avait voulue...

    [HRP : je suis méchante XDDDDDD]

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Dim 24 Juin - 20:18

Elle parla me dévoilant petit à petit ce qu'elle pensait de moi, et j'en fus très satisfaite. Je sourie au fur et à mesure qu'elle parlait, et lorsqu'elle prit la position "j'te fous la trouille" je fis un pas de côté car elle cramait littéralement mes nouvelles chaussures. Je savais pertinemment que j'étais chiante mais d'un côté elle aussi l'était. Mentir, j'accepte mais là elle avait fait en sorte que je comprenne bien qu'elle mentait. Ce qu'elle pouvait être butée! Je pris une tête normale, qui pour moi étais horripilante, trop de mauvais souvenir. Je m'étais promis de ne plus pleurer, de toujours être contente et sourire.

J'eu un léger regard triste lorsqu'elle parla de sa mère et petit à petit je replongeais dans un souvenir peut agréable, que j'avais enfermé en moi.

Un sourire, un amour, une chance... Il faisait beau et chaud, on était allés dans un près qui était réputé pour ces fleurs multicolores et originale. Avec ma mère j'en cueillais et je respirais leur parfum sucré. Mon père, lui installait paisiblement le pique-nique. Elle, ma mère, était mon identique sauf les yeux, qu'elle avait vert. Lui, mon père, était brun grand et avait de magnifique yeux bleu. On s’installa, après de long moment de détente au bord d'un lac, à côté d'une crevasse qui de là-haut semblait toute ridicule tellement elle était petite. Une guêpe, un de ses insectes néfaste de la planète, qui ne servait (et ne sers) à rien et dont j'avais horreur. Elle s'approcha de moi avec ses yeux perverti par la méchanceté, sous un mouvement de panique, je contrôlais l'air, et j'envoyai tout valsé dans la crevasse. Absolument tout... Mes parents poussèrent des cris d'effroi et juste avant qu’ils s’écrasent lourdement au sol, ils me dirent «Excuse-toi!"

Je reviens au présent, me trouvant dans une position totalement différente. J'étais pliée sur moi-même, versant toute les larmes de mon corps, comme à chaque fois que je repensais à ce moment. Je me redressais vivement, séchais mes larmes et lui répondis.

-Oui je suis contente que tu m'es dit cela... Au moins on est franche toute les deux, je préfèrent pas qu'on me mente sur les impressions que je donne car au moins je sais ce que je ne devrais plus faire.

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Lun 2 Juil - 14:29

    [OHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH Putain j'avais pas vue que t'avais répondue D8888888 Sorry, Sorry, Sorry >.> Je vais me pendre, je le mérite ! /PIANO+CORDE+MUR/]

    Elle qui souriait tout le temps, un point fort que même moi je ne pouvais pas lui enlever, fut tout à coup triste à l'évocation de ma mère. Je ne fus même pas sûre qu'elle ai entendu la suite de ma phrase. En tout cas, elle sembla plongée dans ses pensées, à nouveau, pendant un bon moment, pendant que moi je me posait une question désagréable : Je l'ai vexée ? Et puis, quand j'ai vu ses larmes couler sur ses joues, pendant que, subitement, elle se pliait en deux, je me suis dit que j'étais la pire gaffeuse de tout les temps. En fait, elle aurait peut-être préférée que je me taise, sur ce coup, non ? Il fallait sérieusement que j'apprenne à tenir ma langue et à ne pas m'enflammer pour un rien même si, pour un fois, on me le pardonnera. Néanmoins, elle sembla tout à coup "reprendre vie", se redressant, les larmes sur ses joues affluant moins rapidement, son visage reprenant des couleurs moins pâles qu'à l'instant. Une crise de stress ? Était-elle atteinte de bipolarité et qu'au fond d'elle elle était histrionique ? Enfin, en bref, c'était bizzzzzzzzzzzzzzarre. Et le pire, c'est qu'elle se mit à me parler comme si de rien n'était.

    - Oui je suis contente que tu m'es dit cela... Au moins on est franche toute les deux, je préfèrent pas qu'on me mente sur les impressions que je donne car au moins je sais ce que je ne devrais plus faire.

    Je fronçais les sourcils. Cette fille venait d fondre en larme et elle me remerciait tout en me disant que ça lui avait fait plaisir... Je n'en étais pas si sûre, moi à sa place. Mais bon, mieux valait laissez tomber ses histoire de fous...

    - Ouais ouais c'est ça... Au fait, si t'as besoin de faire cramer quelque chose, appelle-moi.

    Je n'avais rien à lui dire. J'étais réglo, au moins. J'aurais pu demander quoi, après cela ? Rien. j'avais plus aucune originalité en ce qui concernait mes paroles pour un bon moment.

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Lun 2 Juil - 17:13

Je la remerciais profondément de ne pas me poser de questions. Je liais mes mains dans mon dos en m'étirant, retrouvant petit à petit mon sourire. Je me retournais vers elle qui voulait s'occuper que de ses affaires, mais qui avait été gentille de m'attendre et de vouloir me protéger même si je pouvais m'en occuper toute seule.

-Merci beaucoup.

Mes yeux pétillèrent en se joignent au sourire que je portais. J'allais me remettre en marche avant de me retourner de nouveau avec un regard interrogateur.

-Tu sais par où on doit aller?

Je n'attendis aucune réponse pour me remettre en route et de nouveau (qu'elle pas douée ^^') dans quelqu'un. Mais cette fois-ci c'était un homme très grand et très costaud qui de plus était entouré par une bande... Help Me

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Lun 2 Juil - 17:57

    [Putain I love the action x)]

    Elle me remercia, pour quoi allez savoir. On dit merci à quelqu'un qui vous propose de cramer vos chaussures ? C'était nouveau ça ! Ensuite elle commença à marcher, avant de se rendre compte qu'elle était toujours perdue. Ça m'en rappelait une autre... Elle me demanda donc si, moi qui étais aussi paumée qu'elle et qui était doublée d'un sens de l'orientation peu développé, savais où on devait partir. Je haussai les épaules en tant que réponse, mais elle s'était déjà retournée et s'était mise en marche. Et elle ne devait vraiment pas faire attention où elle mettait ses pieds car elle tamponna Anthée. Pas vraiment le géant de la légende, mais un humain bien grand, aux épaules carrées et avec des plaquettes de chocolats en tant que torse. Il était impressionnant, oui, mais sa tête faisait alors plus peur que tout le reste de son corps. Vous voulez une description ? Fermez les yeux. Imaginez-vous déjà son gros nez, avec son arrête qui a du se casser beaucoup de fois dans sa vie, avec ses narines plus grosses que celles des gorilles. Ensuite, il y avait sa bouche, tordue en un rictus quasi permanent, qui semblait accueillir des canines de chacals et une haleine tout aussi animale. Sa peau était parcourue de cicatrices rougeâtres horribles que même la chirurgie esthétique ne pouvait enlever. Surtout cette balafre qui barrait son visage du haut de son front à son menton, en forme de zig zag très désagréable. Et puis il y avait ses yeux. On remarquait facilement ses deux iris bleutés et glacials, mais je voyais encore plus ses pupilles. Dilatées, elle prenaient presque tout son oeil et ne laissaient qu'un cercle bleuté à la place de l'iris. Il était bourré, oui. Posez donc cette tête épouvantable sur le corps d'un boxeur poids lourd, et vous aurez le chef de la bande d'ivrogne. Car, même si je les avais à peine regardé, il y avait une bande d'acolytes derrière lui, au nombre de quatre. Cinq ivrognes qui venaient de se faire tamponner par une allumette blonde. Quoi ? C'est vrai, par rapport aux mecs devant moi, elle ressemblait à une allumette. Facile à casser, petite et frêle. Le chef grogna quelque chose d'incompréhensible pour un humain convenablement construit, mais il était sérieusement clair que c'était une menace. Il se mit à rire, pour je ne sais quoi, et les autres l'imitèrent comme des moutons. Puis, alors que j'allais leur demander s'ils pouvaient nous laisser passer gentiment (ils bloquaient toute la rue !) le premier coup de poing fusa vers Lyo. Je savais que les ivrognes étaient violents mais pas à ce point... Voyant qu'elle était certainement incapable d'esquiver, du moins pour l'instant, j'optais pour la seconde tactique. La meilleur défense, c'était l'attaque.
    Quelques mètres seulement me séparaient de Lyo. Je pris mon élan, sautais assez haut pour atterrir sur son épaule, avant de prendre appuie sur cette dernière et de sauter sur le bras du vieux chnoque, qui était levé, le poing brandi un peu en arrière de lui. Je n'étais pas lourde, mais assez pour, avec un peu de force, le faire trébucher en arrière. Les autres gugus derrière lui se mirent à attaquer, et ce fut une nuée de coups. Étonnant que l'alcool les empêche d'utiliser leurs pouvoirs élémentaires. Comme c'était trop dangereux d'utiliser mes pouvoirs contre eux, je préférais m'écarter violemment, me postant juste devant Lyo, et créer un petit rideau de flammes qui les empêchait de passer. Sans me retourner vers Lyo, me concentrant sur la fine puissance que je devais mettre dans mes flammes, je lui hurlais.

    - Si tu sais voler, prends de la hauteur et vite, je te rejoindrais quand j'en aurais l'occasion.

    Je n'attendais pas sa réponse. Dès que le temps que je lui avais laissé secrètement pour s'enfuir fut écoulé, je baissais le rideau de flammes. La bande qui apparut ensuite était noircie de la tête aux pieds, mais pas de brûlures graves. Juste de la colère, beaucoup de colère. Ils semblaient impatients de s'occuper de ma tête à claques... J'ai vraiment une tête à claques ? Il n'empêche, j'ai pas attendue de voir ce qu'il allait se passer si je leur laissais du répit. Je fis un tour sur moi même, rapidement, bien sûr, pour pas passer pour une conne, puis quelques autres après, puis lâchais les vannes. Vous devez vous demander ce que ça veut dire, lâcher les vannes. Et bien, c'est assez simple. Il suffit de relâcher beaucoup de puissance d'un coup et... Surprise ! Si j'étais restée statique, ça aurait créé une belle explosion, mais là... Tourbillon de feu, en trois mots. Je m'élevais à un, deux, trois, puis cinq mètres du sol, une tornade de feu me portant, et je sautais du haut de cette tornade en arrière, la laissant en autonomie. Et moi, au lieu de retomber bêtement à cinq mètres au dessous de moi, j'ouvris mes deux mains, paumes tendues vers le sol, et du feu en sorti, ainsi qu'en dessous de mes pieds. Technique rudimentaire pour les maîtres du feu qui voulaient voler. Je regardais autour de moi, cherchant Lyo des yeux, pendant que la tornade au dessous de moi s'affaiblissait, se transformait en brasier, enflammant les maisons alentours. Les autorités n'incrimineront jamais une jeune fille de quatorze ans pour une attaque qui était du niveau d'un cinquième année. Le pire, c'était que j'étais à peine fatiguée. Il n'empêche, je cherchais toujours Lyo des yeux...

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Jeu 5 Juil - 10:02

Je devais vraiment apprendre à regarder devant moi, surtout dans ce type de rue... Et la devant moi se tenait un type dont je ne fixais que la main qui était vraiment énorme. Il cria à sa bande "Gronfitueezqueque!!" Je fis un pas de recule, son haleine était vraiment atroce. Je les entendis rire comme des idiots, bourrés en plus... Le chef comme je m'y attendais envoya un de ses points en ma direction. Je me disais que je devais attendre puis éviter au dernier moment, mais faire semblant de me l'être pris et m'affalais au sol comme une cruche. Mais soudain je sens un pied sur mon épaule et toute en l'écrasant Sagui se jeta sur la bande en les rouant de petits coups, mignon. Soudain elle se rapprocha de moi créa une grande barrière de feu et me cria dans l'oreille.

- Si tu sais voler, prends de la hauteur et vite, je te rejoindrais quand j'en aurais l'occasion.

Elle me donnait des ordres? Non, mais je sais me battre! Alors que j'étais toujours derrière elle, elle enleva le mur de feu et elle commença à créer une tempête de feu, ma sagesse me disait qu'il fallait que je vole alors je l'ai fait... Elle se mit à regarder autour d'elle et je lui fis signe en souriant (encore). Lorsque la bataille fut finie je pris un peu de hauteur et vis le directeur et les gardes arrivaient. Je pris la main de Sagui et nous fit allais à l'autre bout de la rue, c'était tous ce que je pouvais faire.

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Lun 23 Juil - 22:47

    [PS : toi tu fous help me et après tu dis que t'as pas besoin d'aide XD Laulau, je savais que t'avais des lacunes en anglais mais quand même !!!]

    On me prit la main et on m'entraîna vers la bout de la rue. C'est pas comme si je risquais qu'on me vois, avec une colonne de feu sous les pied, juste au dessus d'un incendie... Alors que j'approchais de la fin de la petite ruelle sale, j'eus une soudaine baisse de régime. Comme si l'adrénaline était soudain retombée et que tout mes muscles se courbaturaient d'un coup. Mes flammes baissèrent petit à petit en volume et je sentais que j'allais rapidement perdre de l'altitude. Alors je retirais ma main de celle de Lyo et je lui faisais un signe d'au revoir de la main en lui disant avec le sourire :

    - On se revoit en bas, on pourra discuter plus tranquillement qu'en l'air.

    Le feu me lâcha, le traître, d'un seul coup. Je tombais à pique, ayant quelques moments d’apesanteur. Quatre cinq mètres plus tard, j’atterrissais sur un toit, me foulant la cheville au passage, libérant une douleur lancinante qui partit dans tout mon corps à la vitesse du son. Je m'assis directement, ne cherchant même pas à tester de marcher, et je regardais au dessus de ma tête, attendant que Lyo descende à son tour - ou se casse. Il y avait beaucoup de nuages dans le ciel, accompagnés par la fumée de l'incendie presque éteint. Et moi, posée sur un toit à demie cabossé par la rouille et mon atterrissage, j'attendais une fille qui lévitait comme une idiote... La situation à la con... Je soupirais, repliais mes genoux contre moi et posais ma tête sur ces derniers.

    [PS : j'ai fais court car je facture à l'heure D8 Aussi, n'oublie pas de justifier tes textes Wink Au fait ne fais pas attention à la-fille-qui-lévitait-comme-une-idiote, c'est que je suis crevée et que l'effort d'imagination me rend gaga]

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Mar 24 Juil - 12:58

Elle me dit au revoir de la main et tomba comme une pierre sur un toit. Je regardais en bas et m'assis dans le ciel me calmant petit à petit de la bagarre qui venait de se produire ainsi que mes souvenirs qui venaient me hanter de nouveau. Alors que je rejoignais Sagui, une idée survient dans mon esprit , et si c'était Sagui ? Et si elle faisait resurgir mes plus profondes peines ?

-Impossible? Soufflais-je
Mes yeux s'illuminèrent de doute et je me précipitais pour la rejoindre. Je la trouvais assise en tailleur une foulure à la cheville , quelle idiote aussi de se lâchait dans le vide... Je me posais près d'elle et la toisa d'un regard sérieux et inquiet. Je m'assis près d'elle.

-Tu as mal? Tu veux que je t'accompagne à l'infirmerie, à l'hôpital ?

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sagui West
° Première un peu précoce °
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 27/05/2012
Age : 19
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Mar 24 Juil - 13:29

Elle a dut rester un bon moment toute seule là-haut car je l'avais quasiment oubliée quand elle est redescendue, une petite lueur bizarre animant son regard. Elle se posa sur le toit et me regarda sérieusement, ce qu'il me semble était assez rare. Elle s'assit à côté de moi et me demanda, certainement inquiète pour moi :

- Tu as mal ? Tu veux que je t'accompagne à l'infirmerie, à l'hôpital ?

Je la regardais un instant, hésitant entre deux attitudes à adopter. Puis je fermais les yeux, répondant sur un ton plutôt agressif qui voulait plus dire "Mêle toi de tes affaires" qu'autre chose.

- Nan, on va pas en faire tout un plat, c'est juste une foulure. dans deux jours je pourrais courir sans problèmes.

Et le pire, c'est qu'au lieu de la remercier je n'arrivais qu'à lui dire des trucs brutaux. Vive la sociabilité...

- Je veux dire... commençai-je à me rattraper. Nan merci, ça ira.

J'ouvrais les yeux et regardais en dessous de moi. Les gens regardais tous d'un air fiévreux la fumée qui montait doucement dans le ciel. Il y avait dans leur comportement une certaine crainte d'un incendie. Je tournais mon regard vers Lyo et lui demandai :

- Bon, maintenant qu'on est au calme, je m'ennuie ferme. On fait quoi ?

J'attendis sa réponse, priant pour qu'elle ne soit pas une énième fois dans la lune...

_________________





Mes bébés <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://diversis.creerunforum.net/
Lyo
Jeune et gentille élève de l'air
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 29/05/2012
Age : 19
Localisation : Là ou tu n'as pas encore chercher...

MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   Jeu 26 Juil - 15:00

Elle parla d'un ton agressif pendant que les cendres se dégageaient. Les nuages noirs et gris se rapprochaient, il ne fallait mieux pas traîne dehors. Je pris une bouffée d'air fraîche, il faisait chaud dans ce coin là... Je regardais en bas où les gens s'affolaient en courant. Je fermais et rouvrais les yeux pendant de courtes secondes pour faire tomber quelques larmes pleines de cendres. Je frémis lorsque le vent passa dans mon dos et me décidais qu'il fallait vraiment partir. Soudain je regardais Sagui dans les yeux en lui souriant de nouveau.

- Bon, maintenant qu'on est au calme, je m'ennuie ferme. On fait quoi ?

J'attendis un bref instant avant de répondre, pour pouvoir attraper le précieux objet que j'avais dans ma poche.

-Tiens je te la donne.

Lui disais-je en lui tendant une amulette japonaise bleu turquoise qui était légèrement déchiré et usé. En un regard je lui fis comprendre que même si elle refusait je la poursuivrais pour lui donner.

-Vue que le temps se gâte on a cas aller au café Limou...


PS: c'est quoi ces trucs ?

_________________



Le bonheur est comme une lampe elle s'éteint au fur et à mesure mais on peut toujours la rallumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je suis ton amie ?[Lyo/Sagui]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis un peu Perdu..
» Noob, je suis un noooob!
» recherche amie
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Retrouvailles percutantes...[London]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Diversis  :: • RPG • :: La ville :: Quartiers désafectés-
Sauter vers: